CERNAVODA

cerna_09cerna_07

 Les importantes découvertes archéologiques datent de l’époque néolithique ou dans une nécropole  de la civilisation Hamangia ont été découvertes les statuettes du « Penseur de Cernavoda » et de la « Femme assise » (deuxième partie du Veme siècle avant JC – début du IVeme).

 Les vestiges de la citadelle Axiopolis, a 4 km de la ville, témoignent de la présence d’une colonie grecque puis romano byzantine (du IVeme au VI siècle après JC) ainsi que du Moyen Age (X-XIII siècle). Le mont Sofia, inscrit aux monuments historiques présente les traces d’une présence au néolithique et a l’age de bronze.

cerna_16cerna_05

 Pendant l’occupation ottomane, la ville apparaît sous le nom turc de Bogazchioi. Et c’est la construction de la voie ferrée Cernavoda – Constanta entre 1858 et 1860 qui va conduire au développement  des activités commerciales, portuaires et industrielles et implicitement de la ville actuelle.

 A Cernavoda se trouve le remarquable pont réalise par l’ingénieur Anghel Saligny, a l’initiative du roi Carol Ier entre 1890 et 1895. Inaugure le 14 septembre 1895, il a une emprise de 4088 m qui enjambe le lac Iezer, le Danube  et le bras Borcea. Il fut, a son epoque le plus long pont d’Europe et un des principaux ponts metalliques du monde.  Il est aujourd’hui remplace par un pont routier et ferroviaire inaugure en 1987.

 Cernavoda est aussi le point de jonction entre le Danube et le canal Danube – Mer Noire.

cerna_02cerna_08

cerna_12cerna_13

 En 1996, la mise en service du premier réacteur nucléaire a inscrit Cernavoda comme l’un des premiers producteurs d’énergie du pays.

cerna_01cerna_04

cerna_18cerna_03

 En 2002, le pont routier Sainte Marie reliant la gare a la ville, au dessus du canal a permis la liaison directe avec l’autoroute Bucarest – Constanta. A noter qu'avant la construction de cet ouvrage, les habitants devaient prendre la barque pour aller prendre le train !

cerna_10cerna_14

cerna_11