Autres Lieux

LE DEFILE DES PORTES DE FER

 

Ainsi se nomme le défilé qu’a formé le Danube en rencontrant les Carpathes entre Serbie et Roumanie (en serbo-croate : Гвоздена врата / Gvozdena vrata, en hongrois : Vaskapu, en turc : Demirkapi, en allemand : Eisernes Tor, en bulgare : Железни врата). Au sens large, ce defile s’etend sur 134 km du cours du fleuve. Ce défilé constitue la frontière entre la Roumanie au nord et le Serbie au sud et sépare les monts Carpathes des Balkans. En Serbie on l’appelle Derdap du nom du parc national qui borde le Danube.

 

Le Danube se rétrécit après l’île de Moldova Veche dans le défilé de Golubac, domine par une citadelle médiévale turque. Ce défilé est long de 14,5 km et sa plus petite largeur est de 230 m. Le fleuve s’ouvre ensuite et est borde au sud par la ville serbe de Donji Milanovac.

 

Suit le défilé de Gospodin Vir de 15 km de long et 220 m de large au minimum. Cette section se nomme « Cazanele Mari » (les grands chaudrons) dominée par des falaises culminant a  500 m. Ici le Danube par endroits ne dépasse pas 150 m de large et est profond de 53 m. Devant les difficultés de navigation, la canalisation du fleuve a commence des 1834

Sur la rive roumaine se trouvent deux grottes, la première, semi immergée ou les touristes pénètrent en barque, la seconde, a flanc de falaise se nomme la « grotte des partisans » et a été utilisée pendant le communisme par ceux qui tentaient de fuir en traversant le fleuve.

 

Au sortir des Cazanele Mari le fleuve s’ouvre dans le golfe de Dubova puis entre dans le défilé qui s’appelle « Cazanele Mici » (les petits chaudrons). Plus modeste que l’autre ce défilé presente encore cote serbe le pavillon des signaux qui autorisait autrefois le passage des navires, ceux-ci ne pouvant se croiser. Sur la rive roumaine, se trouve le monastère de Mraconia et la statue de Decebal, sculpte dans un rocher. Presque en face, se trouve la tablette de Trajan qui a été rehaussée lors de la construction du barrage des Porte de Fer.

 

A la sortie du défilé se trouve la ville d’Orsova qui abritait des chantiers navals, dominée par le monastère de Sainte Anne.

 

SLAVA RUSA

slavaharta

Slava Rusa est un village proche de Tulcea, dans la campagne dobrogene de 1500 habitants dépendant de la commune de Slava Cercheza. Il a la particularité de recouvrir en partie une des plus grandes agglomérations romaines de Dobrogea, les sites de Scitia Mica et Ibida ainsi que deux monastères. Mais il est surtout un des villages peupleéde Lipovenes venus au XVIIIème siècle de Russie.

slava_01slava_09

 Le village est domine par des collines boisées a l’altitude maximale de 250 mètres et arrose par la rivière Slava.

slava_06slava_11

slava_16slava_10

slava_12slava_07

Au centre du village se trouve les vestiges du centre culturel qui a brûlé et pour lequel existe un projet européen de réhabilitation en musée. Il ne subsiste que les murs de pierre très bien préservés.

slava_14slava_03

slava_02

 Citadelle Ibida

 Elle est située à la marge ouest du village, dans la vallée de la rivière Slava, seule citadelle du pays traversée par un cours d’eau. On retrouve des traces d’endiguement, de canalisations et de ponts. De nos jours plus de la moitieéde la citadelle se trouve sous le village

 La citadelle a été décrite pour la première fois par le géographe Pamfil Polonic en 1897 comme une ceinture de fortification, aux murs épais flanqués de 33 tours et percés de 3 portes. En 1911, Vasile Parvan l’a identifieécomme étant Ibida (Polis Ibida).
 

Le site archéologique est fort complexe, les fouilles sporadiques ayant mis en lumière des vestiges et traces archéologiques du paléolithique moyen, du néolithique, et des époques romaines, romano byzantines et médiévales.  Au centre de la citadelle, on a découvert une basilique, sept niveaux d’habitations et plus à l’ouest un complexe monastique paléochrétien. A 2,5 km vers l’est on a egalement découvert en 2001 un village gete.


Monastere Uspenia

 C’est un monastère de moines de rite ancien orthodoxe dédié a l’Assomption de la Vierge. Il est situé entre les collines du plateau de Babadag, sur le cours supérieur de la rivière Slava. Il a été élevé au XVIIéme siècle par des moines russes ayant quitté l’endroit où se situe aujourd’hui le monastère Vovidenia.

 Dans l’enceinte se trouvent deux églises : la grande église « Uspenia », construite en 1883 sur le lieu d’une ancienne église de bois et la  petite église (église d’hiver) dédiée aux Saints Archanges Michel et Gabriel On vient ici en pèlerinage pour se recueillir sur les reliques conservées ici.

 L’Eglise Chrétienne Russe de Rite Ancien (Eglise Lipovene) regroupe des chrétiens russes venus s’installer en Roumanie dans la première moitie du XVIIIème siècle, fuyant les persécutions et la terreur imposeé par l’Eglise Orthodoxe Russe et les autorités russes.

 Manastirea Vovidenia

 Le monastère Vovidenia, monastère de nonnes est situé a la marge du village, adossé à une colline boisée. Il a été fondé au XVIIeme, quand les moines russes ont fuit la persécution et érigé un  ermitage et une chapelle de bois. Ils se sont ensuite retirés dans une zone boisée où se trouve aujourd’hui le monastère Uspenia

Dans l’enceinte se trouvent deux églises dédiées à la Vierge dont l’une d’elle a la Vierge de Kazani. Jusqu’en 1994, se furent les deux seules églises de rite ancien en Roumanie quand on été ouverts deux lieux de culte de rite ancien dans le département de Suceava.

Et le dernier attrait de Slava Rusa c'est la présence de nombreux assiniens utilisés pour tirer les charettes et transporter des charges...

slava_05slava_04

slava_08

-oOo-

 
"Le Bleu Magistral" : Canal Danube – Mer Noire
Megalomanie
Ce canal relie le Danube a la Mer Noire de Cernavoda a Agiga et constitue la derniere realisation de la liaison Mer du Nord - Mer Noire. Nous allons vous narrer l'histoire de sa construction.
canal_05canal_09

Début de la construction

 Le canal Daube – Mer Noire constitue avec le Palais du Peuple a Bucarest un des deux projets pharaoniques de l’ère Ceaucescu mais a l’inverse de son palais, il n’en a pas été l’instigateur. C’est en effet Staline qui a initie cette construction et l’a imposée a Gheorghe Gheorgiu-Dej.

 Ce dernier n’a eu qu’a obéir aux ordres du Grand Frère  et entamer les travaux en 1949, ces derniers avalant la majeure partie du budget national. Quelle fut la motivation de Staline à la construction du canal ? Une théorie qui prévaut aujourd’hui est que, le canal termine, Staline aurait pu annexer le Delta prétextant que les Roumains avaient désormais un accès à la Mer Noire.

 A la mort du petit père des peuples, en 1953, Gheorghiu-Dej arrête immédiatement les travaux, le projet est abandonne !

canal_01canal_16

                                                   ecluse de Cernavoda                                                                                                                 le long du canal

Propagande et réalité

 La Roumanie de 1949 comptait 75 % de ruraux et la construction du canal s’est présentée comme une opportunité d’améliorer leur vie pour nombre de jeunes paysans qui ont afflues dans ce que la propagande nommait « un immense chantier-ecole ».  A la fin de l’année 1950, 33000 hommes y travaillait dont 11500 étaient des détenus ou des militaires. D’année les autorités, non seulement on apprenait ici un métier mais on devenait un « homme nouveau ». Les méthodes de travail stakhanovistes amenait un contremaître a déclarer « nous avons dépasse les prévisions de 420 % .

 Mais hélas, la réalité était toute autre : en 1949, un rapport indiquait que 800 travailleurs avaient désertes. Les hommes s’entassaient a 50 dans des baraques humides faites de planches jointes avec du sable.

 canal_29canal_28

                                                                                        les abords du canal sont pauvres en vegetation

Détenus politiques

 Entre 1949 et 1952, 1,2 % des citoyens roumains étaient des détenus politiques. On a entreprit de convaincre les prisonniers d’aller travailler a l’air libre en leur offrant quelques avantages : en plus du salaire minimum, deux jours de travail en respectant la norme équivalait a trois en prison, la ration de nourriture était doublée… Mais la réalité était bien plus difficile. La norme  de travail était fixée a 2,5 a 3 M3 de terre a piocher journellement ce qui était déjà difficile pour un homme en bonne santé. Le chantier ne s’arrêtait jamais et en hiver il fallait creuser le sol gelé en respectant la norme. Corneliu Coposu a témoigné qu’en cette période on a retrouve plus de 700 morts.

canal_17canal_18

mosaique a la gloire des camarades constructeurs

Reprise des travaux

 Apres 23 ans d’abandon des travaux, Ceausescu, a la recherche de réalisations a la mesure de sa réputation de « Génie des Carpates ». Le 13 juin 1973,  le comite central suit le conducator a l’unanimité pour la reprise du chantier pour réaliser le 3eme plus grand canal après Suez et Panama. Le chantier, a nouveau investit par 30000 travailleurs, va les occuper jusqu'à son terme en 1984. Pour le bien des ouvriers, on construisit 25265 logements, 15 cantines, 10 clubs, des jardins d’enfants, des dispensaires, des centres commerciaux, des buffets… Mais, une fois encore, les conditions de travail démentaient la propagande qui atteint son apogée dans un ouvrage dithyrambique « Magistrala Albastra », comme  le rapporte Gheorghe Cioaru, ancien dirigeant du chantier : « parce qu’ils étaient payes a la tonne transportee, ils travaillaient jusqu'à l’épuisement, mais la plupart se réfugiaient dans l’alcool. Et les normes de sécurité n’étant pas respectées, il y eu beaucoup d’accidents et beaucoup d’hommes sont morts… »

Inauguration

 Le 26 mai 1984, a 8h 47 commencèrent les cérémonies grandioses de l’inauguration. Ceaucescu embarque a Cernavoda dans la vedette « Lancea » coupe le ruban, l’hymne national retentit ainsi que 21 coups de canon. Le conducator navigue ensuite jusqu'à Constanta ou va avoir lieu une fête grandiose spécifique a l’  « Epoque d’Or »

canal_10canal_19

Caracteristiques

Le canal a une longueur de 64 km de Cernavoda a Agigea. La difference de niveau entre le Danube et la mer etant de 8 metres a necessite la construction de deux ecluses a chacune des extremites.

canal_26canal_27

                                                             le pont de Cernavoda                                                                                      plaisanciers francais en attente de passage                                          

canal_12canal_22

                                      ecluse de Cernavoda                                                                                                          le pont et l'ecluse d'Agigea

La profondeur est de 7 metres et autorise le passage des navires ayant un tirant d'eu de 5,5 m. La voie d'eau traverse Medgidia et son port avec son trafic de ciment.

canal_14canal_15

Au niveau de Poarta Alba, le canal se divise en deux, le bras nord se dirigeant vers Midia - Cernavoda, le bras sud passant par Bassarabi jusqu'a l'ecluse de Agigea.

canal_08canal_20

Canal_Harta

Au detour d'un meandre apparait soudain un monument demesure a la gloire des travailleurs du canal.

canal_07
canal_04canal_21canal_11

Cette immense structure est recouverte d'inox et les recuperateurs ont deja commence a la demanteler...

canal_25

-oOo-